Toulouse Tech Transfer : acTTTus #4 – Journée mondiale de lutte contre la douleur

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur google+
23 septembre 2019

Journée mondiale de lutte contre la douleur : focus sur le syndrome du côlon irritable

Le 15 octobre prochain se tiendra la journée mondiale de lutte contre la douleur. L’occasion de faire un focus sur le syndrome du côlon irritable et sur la dernière avancée effectuée par les équipes de recherche de TBI (Toulouse Biotechnology Institute – Bio & Chemical Engineering) et de TOXALIM (Toxicologie Alimentaire).

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie chronique caractérisée par des douleurs abdominales associées à des troubles du transit. Cette maladie touche aujourd’hui plus de 15 % de la population mondiale. Les causes du syndrome de l’intestin irritable restant inconnues, il n’existe pas à ce jour de moyen de prévenir son apparition, ni de traitements efficaces. Il n’existe pas non plus d’approche standard satisfaisante permettant de soigner définitivement le SII. La méthode privilégiée par les patients reste la prise de probiotiques.

De très nombreuses études impliquant plusieurs milliers de patients ont établi un lien entre microbiote déséquilibré et inconfort intestinal. Les probiotiques améliorent l’état global des personnes souffrant du SII.

Les équipes des laboratoires TBI et TOXALIM ont pu identifier deux souches de L. lactis surproductrices de GABA (acide γ-aminobutyrique), le principal neuromodulateur inhibiteur de la douleur. Elles ont testé les effets antidouleurs de leur administration chez des modèles rats grâce à une maturation technique réalisée par Toulouse Tech Transfer. Ces souches, par leur capacité à produire du GABA, peuvent aider à prévenir et à traiter les douleurs viscérales chez l’Homme ou l’animal, notamment quand elles sont liées à l’anxiété ou au stress. En effet, le GABA est un neuro-transmetteur anti-douleur améliorant l’état général des patients. Les souches ont démontré une efficacité sur une plus courte durée qu’avec des souches commerciales de références dans le domaine et promettent donc de soulager les patients plus rapidement.

Une demande de brevet européen a été déposé en février de cette année pour protéger l’utilisation des souches par INRA Transfert et est en cours de commercialisation. Un bel exemple de co-maturation INRA TransfertToulouse Tech Transfer pour le bénéfice des patients.

 

Newsletter