L’homéostasie du fer, un nouveau talon d’Achille des cellules souches cancéreuses.

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur google+
16 mai 2017

Un concept récent en cancérologie postule que les tumeurs ont une organisation cellulaire hiérarchique avec les cellules souches cancéreuses (CSC) au sommet de cette hiérarchie. Elles sont capables d’initier la tumeur et sont responsables des métastases / récidives et résistances aux traitements anti-cancéreux conventionnels. Les CSC se caractérisent par leur capacité à se multiplier indéfiniment en s’auto-renouvelant et en se différenciant (responsable de l’hétérogénéité tumorale), ou encore à entrer en dormance de façon transitoire, ce qui leur permet d’échapper à la plupart des traitements habituels, puisque ceux-ci ciblent majoritairement les cellules à prolifération rapide. C’est pourquoi, le développement de composés qui ciblent spécifiquement les CSC suscite un engouement dans les milieux académiques et industriels. Des données précliniques et études cliniques pilotes ont permis d’identifier la salinomycine, un polyéther utilisé comme anti-bactérien et anti-coccidiose, comme un composé anti-CSC prometteur malgré sa toxicité.

Découvrir l’article sur le site de la SATT IDF Innov

Newsletter