Rapport sur le transfert de technologie aux start-ups par François Jamet

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur google+
03 juillet 2019

Missionné par la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal, François Jamet vient de rendre un rapport visant à rendre plus performant le transfert technologique du secteur universitaire à l’écosystème entrepreneurial.

La mission avait été annoncée à l’occasion de la Convention nationale des Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie (SATT) du 16 novembre 2018, avec pour objectif d’établir un état des lieux sur les pratiques du transfert de technologie aux start-up dans les différentes structures de valorisation de la recherche, en explicitant les modèles économiques qui les sous-tendent et leur impact sur la croissance des start-up.

Une cinquantaine d’entretiens ont été réalisés avec des représentants des diverses catégories d’acteurs qui sont parties-prenantes du transfert : services et opérateurs de l’Etat, établissements de recherche, filiales de valorisation, SATT, incubateurs, investisseurs, et dirigeants de start-ups, pour la plupart chercheurs-fondateurs.

16 recommandations sur les pratiques de transfert de technologie aux start-up destinées à renforcer le modèle d’innovation et à fluidifier les liens entre le monde académique et l’écosystème des start-up pour permettre à la France de générer encore plus d’innovations de rupture.

>> Consulter le rapport <<

Le Réseau SATT :

« C’est un rapport pragmatique qui démontre une bonne connaissance du fonctionnement et du travail des SATT. Les recommandations, concrètes, visent entre autres, à améliorer l’excellente dynamique de création de start-up Deep Tech par les SATT.  Attention cependant à ce que des limites chiffrées ne viennent pas compromettre l’adaptabilité et la souplesse nécessaires dans le soutien que les SATT apportent à la croissance de leur jeunes pousses. »

Philippe Nérin, Président du Réseau SATT

 

Newsletter