La SATT IDF Innov soutient la conception d’un vaccin anti-chlamydia, un enjeu mondial de santé publique

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur google+
20 March 2018

À travers le financement d’un projet de maturation ambitieux avec une équipe du Centre de Recherche sur l’Inflammation (Paris Diderot/Inserm), IDF Innov accompagne et apporte un soutien financier à la conception d’un vaccin anti-chlamydia. Ce projet répond à la stratégie mondiale du secteur de la santé portée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), qui vise à lutter contre les infections sexuellement transmissibles (IST) et qui appelle à une action immédiate.

Une maladie silencieuse qui commence à faire du bruit

131 millions. C’est le nombre de personnes contractant une infection à chlamydia chaque année dans le monde parmi les 15-49 ans selon l’OMS, et le nombre de cas augmente depuis une quinzaine d’années.

Cette IST est qualifiée de « maladie silencieuse » car la plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme, et ne sachant pas qu’elles sont atteintes, ne vont pas consulter. De fait, elle reste difficile à diagnostiquer, se propage plus facilement et augmente le risque de co-infection avec d’autres IST, telles que le sida.

Causée par la bactérie chlamydia, ces infections, présentes dans le monde entier et plus fréquentes dans les Amériques et la Région Pacifique Ouest, touchent aussi bien les êtres humains que les animaux.

Bien que l’infection soit facile à traiter, elle peut entraîner de sérieux problèmes de santé si elle n’est pas décelée et traitée rapidement. Chez la femme, plus largement touchée, l’infection due à la chlamydia entraîne des lésions qui obstruent les trompes et empêchent la fécondation et/ou l’implantation de l’embryon. Une infection à chlamydia non traitée peut ainsi déclencher des troubles graves tels que la stérilité et des grossesses extra-utérines. Elle peut également être à l’origine d’autres pathologies comme la cécité.

L’OMS préconise dans le cadre du projet « Stratégie mondiale du secteur de la santé contre les IST 2016-2021 », une vaccination préventive pour lutter contre les infections à chlamydia, or aucun vaccin n’est disponible à ce jour.

Une innovation de rupture accompagnée par IDF Innov

Au cours de l’été 2013, l’équipe d’IDF Innov1 rencontre Colette Kanellopoulos-Langevin2 et Philippe Verbeke3, tous deux chercheurs au Centre de Recherche sur l’Inflammation de la faculté de médecine de l’hôpital Bichat à Paris, dirigé par Renato Monteiro.

Les deux chercheurs travaillent alors sur la création d’un vaccin anti-chlamydia sans adjuvant. Classiquement, un vaccin est un produit issu du microbe infectieux qui déclenche une mémoire immunitaire contre ce même pathogène. Ainsi entraîné, le système immunitaire est ensuite capable, lors d’une infection, d’éliminer l’agent infectieux, empêchant la maladie de se développer. Les chercheurs ont eu l’idée d’utiliser une chlamydia tuée par des antibiotiques pour constituer le vaccin. Cette approche, totalement nouvelle pour le développement d’un vaccin, est une véritable innovation de rupture. IDF Innov a ainsi décidé de soutenir le développement de la technologie via un projet de maturation démarré en 2014.

Les résultats obtenus récemment sont particulièrement prometteurs et ont conduit au dépôt d’une demande de brevet. Avec le soutien d’IDF Innov, l’équipe de recherche a ainsi pu identifier les modes d’action du vaccin, tester plusieurs voies d’administration du traitement, et évaluer la mémoire immunitaire à long terme. De façon surprenante, l’équipe de recherche a de plus pu démontrer que l’injection du vaccin après infection entraîne une baisse significative de la charge bactérienne.

Cela ouvre des perspectives très encourageantes pour le développement d’un vaccin sûr et efficace à la fois sur des personnes saines ou déjà infectées.

 

1 Équipe IDF Innov : Lydie Viatte (Chef de projet), Davide D’Alia (Business Developer), Marion     Mouton (Ingénieur Brevet)

2 Colette Kanellopoulos-Langevin : Directrice de Recherche émérite au CNRS

3 Philippe Verbeke : Maître de conférences à l’Université Paris Diderot

 

Le communiqué de presse en pdf

 

 

Newsletter