La startup HawkCell, boostée par PULSALYS, révolutionne le diagnostic in vivo chez l’animal grâce à l’IRM

Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur google+
21 février 2020

Issue du réseau 1Kubator et arrivée à PULSALYS pour se renforcer avec une technologie de pointe issue du Laboratoire Ampère, la startup HawkCell propose des services d’IRM dédiés aux animaux de 1 à 150 kg pour le diagnostic vétérinaire et les études précliniques des laboratoires pharmaceutiques. La startup bénéficie d’une nouvelle technologie de capteurs IRM, fabriqués avec des procédés plastroniques, qui s’adapte à chaque morphologie animale afin de rendre les examens rapides et précis, pour des diagnostics plus fiables et une meilleure prise en charge des suites de soins.

« Nous souhaitons mettre à disposition des acteurs de la santé animale la performance de notre technologie en IRM pour tous les animaux » déclarent Thomas Feuillet (CEO) et Hugo Dorez (CSO), les co-fondateurs de HawkCell. Convergence de la vision du faucon (hawk) et de la technologie, HawkCell pourra bénéficier à tout animal dans la limite de 150 kg, qui est le poids supporté par l’imageur.

L’idée : avoir des capteurs adaptés à la morphologie de l’animal

« Le capteur qui est placé sur la zone à imager est à la base de la qualité de l’IRM » explique Thomas Feuillet, rappelant qu’en clinique humaine on dispose de capteurs dédiés à chaque partie du corps et qui permettent de recueillir des images de haute précision au service du diagnostic. Jusqu’à présent seule l’IRM bas champ (inférieur à 1 Tesla) était utilisée en clinique vétérinaire, avec pour corollaires un délai important et une mauvaise qualité d’image. Afin d’adapter à l’animal la technologie haut champ (induction magnétique supérieure à 1 Tesla), l’enjeu consiste à disposer de capteurs adaptés à la morphologie de chaque animal pour permettre, comme chez l’homme, le diagnostic de pathologies affectant les tissus mous, telles que les différentes formes de cancer, Parkinson, Alzheimer, etc. La mise au point de ces capteurs innovants est l’objet du programme de maturation mis en place par PULSALYS avec le Laboratoire Ampère : la plate-forme de plastronique combine astucieusement la plasturgie et l’électronique afin d’intégrer des antennes radiofréquence dans des structures tridimensionnelles.

Deux marchés en ligne de mire

Le premier concerne le diagnostic vétérinaire, avec notamment une collaboration en cours d’étude avec VetAgro Sup, l’école nationale supérieure vétérinaire de Lyon. Le second marché visé est celui des entités de R&D de l’industrie pharmaceutique et médicale pour tester l’innocuité des médicaments lors des phases pré-cliniques, mais aussi pour valider la biocompatibilité de dispositifs médicaux et chirurgicaux. HawkCell permet l’appréhension des pathologies humaines tout en diminuant le recours à des modèles animaux : primates (neurologie), cochon (cardiologie et dermatologie), chien (dentaire et arthrologie), lapin (dermatologie).

« Notre différenciation réside dans cette technologie de capteurs IRM adaptée aux différentes morphologies animales » affirme Hugo Dorez, rappelant que le procédé de fabrication, qui permet d’inclure des pistes électroniques à l’infini, ouvre l’univers des possibles pour décliner des capteurs adaptés à toutes les espèces. La priorité réside dans la fabrication de capteurs pseudo-génériques (thorax, tête, rachis) dotés d’une certaine flexibilité afin d’adresser 80% du marché vétérinaire, les 20% restant faisant l’objet de dispositifs « sur-mesure ».

PULSALYS booste HawkCell et de belles perspectives pour la startup en 2020

« PULSALYS a été un véritable accélérateur pour démontrer l’utilité de notre concept, crédibiliser nos services auprès de futurs clients et construire un système économiquement viable » observe Thomas. C’est en effet le prototype obtenu en fin de programme de co-développement qui va permettre à HawkCell de lancer son activité d’ici quelques mois sur le site de Marcy l’Etoile où un bâtiment est actuellement en construction pour accueillir la machine. « L’intérêt du programme de co-développement mené avec le Laboratoire Ampère et financé par PULSALYS est de générer un procédé de plastronique innovant dans un format supérieur à ce qui était déjà expérimenté » précise Violaine Ragot, chargée de développement Technologies et Usages chez PULSALYS. « Outre le transfert de savoir-faire du Laboratoire Ampère pour la fabrication de nos capteurs, nous bénéficions aussi d’un accompagnement startup, qui entre autres va nous permettre de renforcer notre candidature au concours i-Lab » complète Hugo.

Dans le cadre du programme 1Kubator, HawkCell concrétise une levée de fonds de 200k€ avec le fond d’investissement PhiTrust et espère bénéficier des effets de levier offerts par les dispositifs French Tech Seed et Prêt d’Amorçage Investissement de Bpifrance pour un montant de 350k€ supplémentaires. Aujourd’hui, HawkCell est en cours de candidature au programme Synapse de Boehringer Ingelheim, qui est opéré par 1Kubator, afin d’accélérer sa croissance en trouvant des opportunités marchés et collaboratives avec le géant pharmaceutique.

L’équipe HawkCell s’agrandit en 2020 avec l’arrivée de 2 nouvelles collaboratrices hautement diplômées : Noëlle Remoué (PhD en biologie) et Anne-Charlotte Philippe (PhD en imagerie médicale), qui aideront la startup à grandir et atteindre ses objectifs. L’équipe se renforcera également avec 3 nouveaux collaborateurs d’ici fin 2020. HawkCell a également noué un partenariat privilégié (en cours de formalisation) avec le LMBA (Laboratoire de Mathématiques Bretagne Atlantique) pour travailler sur l’amélioration de la qualité des images IRM acquises chez l’animal.

HawkCell travaille à l’installation de 3 nouvelles IRM en France sur l’année 2020 et ambitionne l’ouverture de 6 nouvelles IRM en Europe pour 2021.

Newsletter